8 Maladies mentales rares, stupéfiantes et étranges !

306 Likes Comment

Il n’est pas exceptionnel de croiser un individu atteint d’une maladie mentale quelconque. Des troubles comme les désordres bipolaires ou la maladie de Parkinson concernent ainsi de nombreuses personnes. Cependant, il existe des maladies rares qui vous surprendront sans aucun doute, tant elles sont étranges et incroyables. Si des recherches continuent relativement à la majorité d’entre elles, leurs symptômes sont en revanche clairement établis et connus. Même si les chances que vous avez de rencontrer dans la rue un individu atteint de l’un de ces troubles restent faibles, voici une liste de maladie mentale qui vous laissera perplexe…

Le syndrome de Paris

Cette maladie mentale concerne essentiellement les touristes de Paris qui viennent du pays du soleil levant. Chaque année, c’est une dizaine de Japonais qui sont en effet victimes d’une grave dépression dans la capitale française. Au début des années 80, une théorie avança les raisons à l’origine de cette mystérieuse dépression : les touristes japonais qui ont longtemps planifié leur séjour de rêve dans la ville française auraient dans leur esprit une vision idéalisée de Paris qui serait complètement démentie par la réalité, une fois à destination. Le choc reçu les plongerait dans une dépression très sévère.

Des troubles liés à l’expression orale

  • La maladie de l’accent étranger : Ce mal se caractérise par l’accent étranger avec lequel le patient se met à s’exprimer ; un accent qui peut être celui de pays où il ne s’est jamais rendu. Ce syndrome si particulier est en général consécutif à des accidents vasculaires cérébraux, ou un des traumatismes ayant affecté le crâne et le cerveau. L’origine du syndrome serait donc liée à des dommages causés au centre de la parole situé dans le cerveau. Il s’en suivrait donc un changement dans la prononciation des mots par le patient, dans l’élocution, et dans le débit de paroles. Les patients sont souvent accusés de jouer de la comédie, ce qui souligne bien le caractère incroyable de ce trouble mental.
  • La dysphonie spasmodique : Les individus qui souffrent de ce mal communiquent exclusivement avec des vers. Ils parlent par ailleurs en chuchotant avec une voix singulière. Des spasmes constants ne permettent pas à leurs cordes vocales de vibrer comme il le faut : leur voix est donc très aiguë. Ce symptôme peut être atténué de façon temporaire à l’aide d’un traitement, mais il ne disparaîtra qu’aux moments ou le patient chante.

La main étrangère

La maladie de la main étrangère est un trouble neurologique qui n’est pas commun, mais qui reste très surprenant. Les malades ont une main qu’on qualifiera de rebelle, et sur laquelle ils perdent tout contrôle. La main semble se mouvoir par une volonté propre. Le patient a littéralement le sentiment de ne plus être le propriétaire de sa main. Cette maladie peut être due à des lésions sur les parties du cerveau qui lient l’hémisphère droit du gauche, ou encore à des tumeurs à différentes parties du cerveau. Pour certains patients, ce symptôme est consécutif à des attaques cérébrales. Le syndrome de la main étrangère peut être très impressionnant. La main malade entreprendra par exemple de déboutonner une chemise sans la volonté du patient, ou de s’emparer, puis de se débarrasser d’un objet que la seconde tient.

Le syndrome de Cotard

Ce syndrome compte sans le moindre parmi les maladies mentales les plus incroyables. Les individus qui en sont atteints développent la conviction qu’elles sont en train de pourrir littéralement. Elles ont le sentiment d’avoir perdu un ou plusieurs organes, ou d’être tout simplement déjà passées de vie à trépas. Le syndrome se manifeste cependant de deux différentes manières selon les individus, et certains patients pourront à l’opposé être convaincus d’avoir atteint l’immortalité. Le danger de cette forme du syndrome de Cotard est des plus évidents : la majorité des patients tentera d’éprouver et de vérifier cette croyance en mettant leur vie en danger ou en ayant même des tentatives de suicide.

Ce syndrome a été décrit en 1880 pour la première fois par le médecin Jules Cotard. Il fit connaître le cas d’une femme qui pensait avoir perdu plusieurs parties de son corps, et qui avait donc la conviction d’être voué à vivre éternellement. En 1996, des psychiatres publièrent aussi le cas d’un patient qui était convaincu être mort de septicémie.

Les syndromes de Capgras et le syndrome de Fregoli

  • Le trouble psychiatrique appelé syndromes de Capgras a été décrit pour la première fois par le psychiatre Capgras. C’est un désordre qui se caractérise comme son nom l’indique par une illusion constante du patient d’avoir affaire à des sosies dans son entourage. Le malade développe la conviction que ses amis, ses parents, et toutes ses connaissances ne sont pas, qui ils prétendent être : il ne s’agirait que de sosies qui auraient remplacé les vraies personnes qui lui ont été enlevées. Pour le malade, la ressemblance entre les sosies et les réelles personnes est parfaite, et la situation est insupportable. Il peut donc réagir de façon très violente dans ses relations avec les présumés imposteurs qu’il a en permanence en face de lui. Le psychiatre qui observa le premier ce mal fit l’expérience d’une femme qui tentait de mettre fin aux jours de son mari : elle était convaincue qu’il ne s’agissait que d’un imposteur qui ressemblait parfaitement à son conjoint, et qui l’aurait remplacé. Les recherches en neurosciences permettent aujourd’hui d’en savoir plus cette la maladie. Le problème serait dû à une incapacité du malade à prendre en compte des informations d’ordre affectif ; incapacité qui pourrait par exemple survenir après des dommages sur le cerveau et suite à des lésions. Le malade ne percevant aucune réaction émotionnelle devant les visages de ses proches ou amis déduirait qu’il s’agit d’inconnus et d’imposteurs.

 

  • Le syndrome de Fregoli est catégorisé dans le même type de psychoses que le syndrome de Cpagras. La différence est l’intensité ou la gravité de la dimension paranoïaque. Dans ce cas, le sujet ne limite plus son délire à ses proches : toutes les personnes qu’il rencontre dans la rue et partout ailleurs sont pour lui une personne unique qui n’arrête pas de se déguiser pour modifier son apparence. Cette idée s’assimile à celle de tromperie et d’imposture qui caractérise le syndrome de Capgras décrit plus haut. Le syndrome tient son nom à un célèbre transformiste italien qui changeait de costume rapidement et à plusieurs reprises sur scène.

Le syndrome d’Alice au pays des merveilles

Les malades qui souffrent de ce trouble ont un rapport altéré avec la réalité, et notamment avec les proportions. Ce syndrome fait penser au dessin animé ou la petite Alice ingère un gâteau qui la fait rétrécir. Le trouble se manifeste en général dans l’enfance, lorsque le patient est sur le point de s’endormir. Le syndrome peut finir par s’effacer avec l’âge. Des crises pourront cependant survenir à nouveau lors d’épisodes épileptiques, de migraines, ou de tumeurs au cerveau. Le syndrome peut dans certains cas se rapporter à d’autres sens que la vue. La perception que les patients ont pour le temps qui passe, ou encore pour leur propre corps peut aussi être en déphasage complet avec le monde réel.

Ces maladies rares sont tellement étranges que l’on en viendrait à penser qu’elles tiennent de la science-fiction.

Elles sont cependant bien réelles, et des recherches permettent aux scientifiques de progresser pour en connaître les causes et les solutions.

Tu pourrais aimer

Laure

A propos de l'auteur: Laure

Psychologue, j'ai décidé d'ouvrir ce blog afin de rendre l'information et mes connaissances accessibles aux internautes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *